LA REVUE TANGO

4ème numéro de Tango : un numéro exceptionnel, et en tirage limité.

Exceptionnel, puisque nous publierons dans cet ultime numéro de nombreuses photographies inédites de Robert Doisneau (pour le centenaire de sa naissance, et parce qu’il fut le protagoniste chaleureux de nos premiers Tango), dont une série sur le sport, un dossier François Caradec (avec la publication de son dernier texte inédit, "Petites pièces à conviction"), un port-folio de Gaston Bergeret, et un important cahier "Les Fous du sport", en prélude jubilatoire aux Jeux Olympiques de Londres, au 99ème Tour de France et au championnat d’Europe de football avec des contributions de Maylis de Kerangal, Michel Le Bris, Gérard Mordillat, Patrice Delbourg, Jacques Jouet, Paul Fournel, Marc Villard, Jean-Bernard Pouy, Yves Harté, et les riches illustrations de Ricardo Mosner, Honoré, Sergio Aquindo, et beaucoup d’autres.
Des variations de haute fantaisie sur Paris, 1924, pendant les derniers Jeux Olympiques (depuis, Paris n’a jamais plus été ville olympique !), et nous remonterons jusqu’aux origines avec 1898, A l’aube du sport moderne, où vous aurez le loisir de découvrir des documents inédits.
Nous évoquerons aussi les figures tutélaires de Tango : Maurice Baquet, Bob Giraud, Antoine Blondin, Louis Nucera, dans un cahier spécial : Au Rendez-vous des Amis.

Tirage limité, parce que, fort d’un succès critique conséquent (vous pouvez consulter la revue presse et média sur notre site : www.tango-bar-editions.com), nous avons choisi de limiter la diffusion de Tango, autant pour des raisons économiques que par conviction. La "rareté" de Tango donne toute sa valeur au projet : 4 numéros tous les 25 ans, sans retirage.
Intitulé Les Fous du Sport et Au Rendez-vous des Amis, il accueille de nombreux inédits de Robert Doisneau, dont nous fêtons le centenaire, et, en amont des Jeux Olympiques de Londres, du 99ème Tour de France et des nombreux évènements sportifs prévus cet été, une pléiade d’écrivains, illustrateurs et photographes parmi les plus prestigieux : Maylis de Kerangal, Michel Le Bris, Gérard Mordillat, Jean-Bernard Pouy, Jacques Jouet, Marc Villard, Paul Fournel, Raphaël Sorin, Honoré, Ricardo Mosner, Yves Harté, Gaston Bergeret, Sergio Aquindo, Jean-Luc Thomas, Dominique Lintanf, Michel Seelig, etc, ... agrémenté d’un dossier François Caradec, avec de nombreux inédits, d’un panorama du sport en 1898 (La Lanterne magique) et d’une anthologie des chroniques les plus drolatiques des derniers Jeux Olympiques à Paris, en 1924. On y retrouve également Bob Giraud, Louis Nucéra et Maurice Baquet. Numéro exceptionnel pour parfaire notre traversée en 4 numéros.

Les numéros d’il y a 25 ans sont depuis longtemps épuisés, ceux de la nouvelle série - supportés par une presse particulièrement enthousiaste - prendront, nous l’espérons, le même chemin. Il faudra ensuite attendre à nouveau 25 ans pour espérer voir ressurgir Tango.

www.tango-bar-editions.com


NOS CONSEILS

- Le livre de traduction bilingue "BARRIO DE TANGO"

- La série des quatre uniques numéros de la remarquable revue "TANGO"

- Les robes de la styliste BERNIE
Voir nos DOCUMENTS.

REVUE TANGO


« Des mots, des bateaux, des héros, c’est Tango ! Les numéros se suivent, la qualité reste. Tango réjouit l’œil du lecteur curieux… Comment refuser pareille invitation au voyage. »
Le Figaro littéraire, 24 novembre 2011
« Jamais mort ! Vingt-cinq ans après sa première parution officielle et sa première disparition au bout de quatre numéros, la revue Tango est de retour. Et annonce déjà que cette nouvelle vie sera éphémère, que le prochain numéro, encore une fois le 4, sera bel et bien le dernier. Rien ne nous oblige pourtant à les croire tant une vraie jubilation parcourt les pages. La plume est enlevée comme un coup d’épée, vive, légère et débordante de plaisir… »
Le Matricule des Anges, décembre 2011
« Un objet du lire et du délire, de grande qualité, à regarder et à garder ! Un peu d’utopie faite réalité par une équipe de joyeux talents… Une revue culte dont on gardera tous les numéros, pour les léguer à nos enfants ! Le 4ème et dernier numéro sortira le 1er mai 2012. Ne le manquez pas ! »
Tout Tango, janvier 2012
« Il y a vingt-cinq ans, une bande d’arpenteurs du bitume a inventé une revue, Tango, pour enchanter le monde de quelques écrits, dessins ou photos inédits. Les voici de retour et c’est aussi nécessaire qu’un air de Chet Baker. La lecture de Tango est une fête. »
Le Monde Magazine, 27 novembre 2010
"Chaleureux, mélancolique et joyeux comme une tournée de téquila. On aime passionnément." Le Nouvel Observateur, 29 juillet 2010
« Avec quatre numéros tous les vingt-cinq ans, la revue Tango est un objet culte non identifié.
Télérama, Passage en revue, 5 décembre 2010
"Incomparable, inclassable et improbable, la revue que tous les éditeurs rêveraient de faire." TSF Jazz, Les Matins jazz, 26 mai 2010
"Si c’était un voyage, Tango serait un périple dans ces paysages sudistes, latins, américains, aussi bien qu’européens. On y prendrait le train avec nostalgie, le bateau avec lenteur, et le vélo avec courage." Sud-Ouest, 20 mai 2010
"Tango revient... Pour quatre numéros encore, pour le plaisir et la beauté du geste, et parce que rien ne remplaça jamais, dans la mémoire de ses lecteurs, la délicatesse de ses fugues...Nocturne et beau." Sud-Ouest Dimanche - 9 mai 2010
La suite sur le site internet : www.tango-bar-editions.com

Mes chers Amis,
Certains ne connaissent pas encore notre petite et très jeune maison d’édition (Tango Bar Editions), mais beaucoup connaissent déjà la revue Tango (nos abonnés, nos acheteurs au numéro, les voisins de la rue Eugène Sue), notre fer de lance dont le 4ème et dernier numéro paraîtra le 1er mai prochain avec Maylis de Kérangal, Michel Le Bris, Raphaël Sorin, des inédits de Doisneau, et notre fidèle équipe de navigateurs : Gérard Mordillat, Patrice Delbourg, Jacques Jouet, Paul Fournel, Jean-Bernard Pouy, Marc Villard, Yves Harté, Michel Seelig, Dominique Lintaf, Alain Delmotte, Pierre Moulinier, Sylvain Fourcassié, Ejvind Sandelin, etc, ainsi que nos illustres illustrateurs : Mosner, Honoré, Aquindo. Il y sera question de "fous du sport" (un préambule désopilant aux JO de Londres, au Tour de France et au Championnat d’Europe de foot), de François Caradec à qui nous rendrons hommage en publiant des photographies et documents inédits (il ne savait même pas nager ni monter sur une bicyclette, c’est dire s’il a toute sa place dans notre galerie !), de Louis Nucera, Maurice Baquet, d’une salve de photos de Gaston Bergeret (des portraits de Blondin, Bob Giraud, etc), etc, etc.
En attendant le printemps, je vous invite à lire la chronique de Mathieu Lindon ce matin dans Libé. Son choix (heureux !) s’est porté sur notre second petit livre de la collection "Sol y sombra" (la réalité est sombre et l’espoir magnifique) : Chronique des Ordures. Qui a tué Diego Duarte ?, d’Alicia Dujovne Ortiz. Difficile de sortir indemne de sa lecture, et par les temps qui courent, un peu de soleil, malgré tout dans l’eau froide. Parce que ce livre à charge contre la société de consommation n’est pas sans espoir, au moment où grossissent les foules rejetées aux lisières des métropoles, au moment où les rues même de Paris et de nos villes ne sont plus que des refuges de (mauvaise) fortune pour ceux que la crise ou la vie rejettent à flot ! Et qu’on nous fiche la paix avec une soi-disante hiérarchie des civilisations, quand la notre, très vieille et très occidentale, ne sait plus ni accueillir, ni protéger, ni même garantir le minimum à ses résidents, un toit et un repas,qu’ils soient d’ici ou qu’ils viennent d’ailleurs. Alors, le livre d’Alicia est une petite bombe, cruelle (l’assassinat d’un enfant par la police argentine), et combattante : l’organisation souterraine de milliers d’êtres perdus, que la misère soude, et d’où jaillit une lumière, la dignité retrouvée de ceux sur qui nous fermons, le plus souvent, les yeux.
Je compte infiniment sur vous pour défendre le livre d’Alicia Dujovne Ortiz. C’est en "correspondant de guerre" qu’elle est partie, à 75 ans, sur les traces des cartoneros, tout en haut des montagnes de déchets qui encerclent Buenos Aires, la ville où elle a grandi.
Pour le défendre et le faire connaître.
Investissez les librairies, réclamez-le, et honte à celles qui ne l’auront pas !
Et si elles ont portes closes, vous pouvez toujours le commander ou le faire commander par vos amis sur notre site internet, ou bien passer par notre petite échoppe, 26 rue Eugène Sue, Paris 18. On y fomente quelques révoltes, on y construit également une "Manufacture de petits enchantements parisiens".
S’il fait froid à Paris ce matin, là-bas où c’est encore l’été, une foule se bat en silence. Alicia leur a prêté sa voix et son écriture d’écrivain-militant et de poète ancré dans le réel.
C’est grâce à vous que cette tragédie de notre monde moderne ne sera pas, elle aussi, enfouie.
Mon amitié et celle de mes fidèles
Jean Louis Ducournau
Tél : 06 81 88 42 01
www.tango-bar-editions.com

← Page précédente

Téléchargez nos documents !

Retrouvez le programme complet des semaines à venir en téléchargeant nos documents !
BULLETIN Tango Bdx
CALENDRIER Tango Bdx
RITUEL des milongas Tango Bdx.
ETHIQUE et ESTHETIQUE du bal Tango Bdx.
CHARTE Tango Bordeaux

« Tango Bordeaux... à la lettre »