Conférence de J-P Roche sur le tango : " Tanguer, signe de vie… »

« Celui qui existe, c’est celui qui danse avec le temps qui le tue »
NIETZSCHE

HISTORIQUE


Origines douteuses obscures ! Occidentales européennes mélangées minorités africaines. Rythme de milonga de Robert Shuman en 1839 !
Exils depuis 1880 (3,5 millions émigrants) en rêve d’Amérique du Sud.
Italiens, slaves (violons), français (valse), espagnol (guitare), allemands (bandonéon)…
Brassage bas fond, bordels, trottoirs et banlieues de Buenos Aires, zone arrabal conventillos, tango canaille du fleuve, portègne.
Rareté des femmes, une femme pour sept hommes, entraînement à la danse entre hommes, femmes payées pour danser, prostitution. Abondance de tangos à thèmes de lupanars, argot-lumfardo, alcool, voyous des quartiers. L’église condamne en 1913.
Brassage des populations, tango langage universel, mélange des corps.
« Un argentin, c’est un italien qui parle espagnol, qui se comporte comme un français et qui se prend pour un anglais »
CHASSE CROISE BUENOS AIRES - PARIS
1907-1930 Mode Paris Montmartre – Montparnasse
Retour vers la haute société de Buenos-Aires qui se veut européenne et imite Paris.
Délupanarisation des textes pour rendre le tango acceptable par la bonne société. Début d’une poésie existentielle et nostalgique : « Une pensée triste qui se danse »
Tango chanté « Du pieds aux lèvres » et phénomène Gardel « Mi noche triste » en 1916 . Films à succés de 17 à 35.
Le tango chante Paris : 20 tangos sur Montparnasse, la Coupole…
PARIS 1913-1930 Apogée du tango, mode tango en Europe.
Faux tango « de salon » pour apprendre vite quelques pas.
1935, fermeture des bordels, mort de Gardel.
35-50 Age d’or à Buenos Aires :
Nouveaux orchestres typiques, « orquestas tipicas », Pugliesse, Di Sarli, D’Arienzo…

Après la 2éme guerre et le péronisme 55-75 Conformisme et dictature, déclin du tango à Buenos-Aires.
Paris s’apprête à nouveau à prendre le relais.
Piazzolla rate le tango nuevo à Buenos Aires, exil à Paris, rencontre Nadia Boulanger et triomphe.
Exils politiques : Quarteto Cedron…
1980-2000 L’irrésistible ascension du tango
70- 90 Installation de professeurs argentins à Paris.1980 Tournée mondiale du spectacle Tango Argentino, puis 90 Tango Passion avec le Sexteto Mayor.
Nouvelle vague tango à Paris et en Europe. Lieux : Trottoirs de Buenos-Aires, Latina…
Situation actuelle :
Phénomène de grande mode, contemporanéité du dialogue de couple,
internet charnel, Berlin, Tokio… 50000 danseurs en Finlande ! Des milliers de danseurs dans tous les grands pays européens, au Japon, aux USA… Gotan project et la mode électro.

TANGO LA RUPTURE, LA DANSE DE LA SINGULARITE


Valse 3 temps………….….Tango 2 temps
Enlacer……………………..Embrasser = révolution dans le tenue : se donner.
Continue……………………Rupture = vivre la musique dans l’immobilité éventuelle.
Répétition………………….Improvisation 3-4000 figures !
Danses de salon : divertissement, métier, plan, bricolage, jeux de société, jeu de dames.
Tango argentin : drogue, bonheur, extase, jouissance, geste artistique, inspiration, réalisation du désir, jeu d’échecs.
LES STYLES ET GENRES DE TANGO
Voyou : entre hommes dans les rues pour s’entraîner.
Canyengue : tango canaille dans les lupanars avec les entraîneuses payées !
Dans les cabarets mode, Paris et Buenos-Aires.
Tango de salon musette et anglo saxon, faux et pâle tango enseigné par les écoles de danse sans figures sensuelles, tango d’argent, de compétition hors de l’esprit du tango argentin.
Styles et orchestres :
D’arienzo : Tango milonga rapide et cadencé.
Di Sarli : Le tango se calme et se personnalise.
Pugliese : dansabilité et style riche, harmonie, syncope, effets rythmiques.
Types :
Tangos classiques ou modernes et deux danses sœurs du tango argentin : la milonga plus ludique ou chaque temps est dansé et la valse argentine plus romantique à trois temps..
Style des années 40 avec deux tendances : tango de salon milonguero et tango fantaisie.
Le tango milonguero :
De l’âge d’or, pur : Placer les pieds, enlacer, suivre le rythme, faire des pauses, marcher avec combinaisons simples mais exigeantes…
Les styles : Milonguero, salon fantaisie, ouvert , fermé. La chorégraphie.
Style milonguero, almagro, court. Tango de bal, vague, danse sociale…
Le tango fantaisie :
Tango de démonstration exige une grande virtuosité des danseurs…
Imagination et figures complexes soumises aux règles de l’improvisation.
Ligne de démarcation pas toujours claire. Profonds renouvellement des musiques et de la danse en perspective.
LES PAS : PRESENTATION
LES MUSIQUES : Vals Tango Milonga.
LE BAL : rituel Cabécéo.
CONTEMPORANEITE DU TANGO ARGENTIN, TANGO UNIVERSEL .
Danse âgée d’un siècle devenue internet charnel, danse du 21éme siècle qu’elle modèle.
Réseau charnel mondial, un langage universel, une socialisation des singularités.
La mondialisation, la globalisation impliquent un déracinement.
La base culturelle essentielle du tango c’est son déracinement, son métissage
Vivre le nomadisme et le déracinement de ce début du 21éme siècle est une expérience vertigineuse équivalente à l’exil vers le Rio de la Plata à la fin du 19éme siècle, notre aventure moderne.
Nomadisme et déracinement se déplacent du Rio de la Plata au village planétaire global.
Passage d’une culture locale à une culture du village universel : d’argentin le tango devient universel.
Le tango argentin est le socle sur lequel s’édifie le tango universel.
Devenu apatride et planétaire le tango existe au delà de Buenos-Aires et de Paris qu’il outrepasse.
Il n’y a pas à défendre un « tango argentin » contre un « tango universel » car le tango universel contemporain est le développement durable du tango argentin, il est le tango argentin lui-même en devenir.
Culture universelle. N’est digne d’être culture que ce qui, devient universel, à valeur universelle.
Pensée émue et solidaire pour le peuple argentin Gotan Project :
« Queremos paz, queremos une vida mejor para nuestro pueblo »
Rapport au Couple : (danse sociale et populaire)
Alchimie, magie, miracle ! Tanguer : pratiquer le plaisir ludique en respectant l’autre.
Une société qui met en son centre le plaisir n’est plus la même que celle qui met en son centre l’amour.
Couple : Retour du jeu des rôles sexuels après une vague de révolte unisex et de féminisme.
Tango laboratoire : théâtre, analyse, déconstruction, déliement, reliement
Etre femme, être homme. Respecter l’autre et développer sa singularité.
La femme est disponible, suit et séduit.
Le tango libére la femme du corset et fend ses jupes !
Idées libératrices de la femme qui influencent Buenos-Aires.
FONCTIONS DES PARTENAIRES : Conception non machiste.
Tout possible des pas dans la mesure de l’élégance et du respect des autres.
Tango : Collusion physique qui balaie les tabous : Libertinage, couple, élégance, sensualité, complicité ludique, érotisme, animalité.
L’homme invite, écoute, se situe dans l’espace et en guidant sert la musique et sa partenaire.
Tango, théâtre de la vie.
Au théâtre si le couple baise, c’est une comédie, sinon, c’est une tragédie…
Au tango si le couple danse bien c’est la comédie, sinon…
S’ils dansent vous croyez qu’ils sont amoureux.
H-F : Corps à corps, les deux parties :
BAS : érotisme débridé, les jambes tricotent, s’imbriquent,
HAUT : « Les êtres heureux sont graves en tango , ils portent attentivement leur bonheur comme un verre plein que le moindre mouvement peut renverser ».
Mais les corps sont heureux, jouissifs.
La dignité du haut n’est qu’une perception extérieure : contact charnel, toucher de mains, bras et dos, des joues, de la nuque, échange de souffles, de parfums… : complicité chaleureuse voire harmonie et passion entre les deux.
Ils ont l’air sérieux quand même les bas des corps tricotent l’amour ! Pensez, ils sont conscients de fouler le paradis, ils en caressent le sol !
Le tango exige qu’on se donne corporellement mais on ne peut le danser sans âme. Danse corps et âme.
Rencontre nouvelle H F dans un espace métissé ou le monde et ses contradictions se réfractent dans une musique riche et complexe et une poésie dansée sans cesse renouvelée…
Voir aussi la conclusion du QUE SAIS-JE de Rémi Hess « Le Tango » PUF n°3100

DIMENSIONS EXISTENTIELLES DU TANGO .


Buenos-Aires, capitale du tango et de la psychanalyse !
La civilisation a perdu ses vertus désirantes : peur du corps.
Tango souligne la contradiction entre beauté et difficulté de la vie.
Spinoza : le désir est le fondement de la vie, il est fondateur.
Avec le tango, nous entrons dans le vif du sujet.
Le tango en tant que danse existentielle incandescente.
Principe du plaisir, maîtrise des excitations.
Meurt et se renouvelle. Le plaisir réduit la tension.
Freud : Oui mais désir sexuel. Lacan : Perversion innée.
Désir sexuel et perversion constituent l’essence.
Perversion, plaisir ludique, plaisir pour le plaisir, sans conséquence.
Ne cherche pas à s’articuler avec l’amour, n’entre pas directement en conflit avec l’amour.
Ludique : cruauté, sadisme, perversion initiale. Renoncement, refoulement.
Conflit : aimer consiste à élever au rang du sujet, désirer consiste à reléguer au rang d’objet.
Tanguer : pratiquer le plaisir ludique en respectant l’autre. Magie, miracle ! Le désir s’exprime.
Le tango, danse existentielle, entre dans la grande catégorie permettant de scinder amour et plaisir :
l’esclavage, la drogue, la prostitution, le jeu, les vices !…
L’art evolution tango :
Une société qui met en son centre le plaisir n’est plus la même que celle qui met en son centre
l’amour.
On entre dans une ère de spiritualité nouvelle pour un tango éphémère, vrai bonheur de ce monde,
jouissif, pesé, sérieux. Ils ont l’air sérieux quand les bas de corps tricotent l’amour ! Pensez, ils sont
conscients de fouler le paradis, ils en caressent le sol !
Le tango exige qu’on se donne corporellement mais on ne peut le danser sans âme. C’est une danse corps et âme.
Drogue « sans trop de danger » qui nous fait du bien ( pieds tête corps cœur âme), passion, style, façon de marcher, de voyager.
Rapport au Savoir : pour improviser pour « devenir, danser, ce que l’on est »
Rapport au Corps : Drogue sans danger, enfin une drogue qui nous fait du bien !
Rapport à soi à l’Existence : Style, singularité, façon d’être, barroque, félin, dandysme, libertinage :
« Le bonheur n’est pas une gare… façon de voyager. »
Métissage et improvisation, rupture, pause, réflexion, jouissance de l’instant, pour danser, pour « devenir ce que l’on est ».
Infini des possibles dans la mesure de l’élégance et du respect des autres. Accumuler du savoir pour mieux improviser, pour plus de liberté.
Etre le poète de son propre corps et, sans cesse, improviser son pas, sa marche, sa démarche, sa façon, son style, en liberté.
La vie est une milonga.
Etre le poète de son propre corps et, sans cesse, improviser.
Improviser son pas, sa marche, sa démarche, sa façon, son style, en liberté.
Respecter l’autre et développer son identité et sa singularité. Etre femme, être homme.
Repérer son sa partenaire, le la pister, adopter la démarche féline, interpréter la musique, marcher, tanguer enfin.
Entrer sur la piste de l’élégance, de la sensualité et de la complicité ludique.
On entre dans une ère de spiritualité nouvelle pour un tango éphémère, jouissif, pesé, sérieux, vrai bonheur de ce monde,
Tango danse, dense, « dansité » existentielle.
Tanguer, comédie d’un amour danse, dense de joie, d’intensité dramatique.
S’ils dansent vraiment ensemble, vous croyez qu’ils font l’amour.
Acteurs, ils jouent au grand amour. Drogués, ils ne peuvent s’en passer !
Le bonheur n’est pas atteint après la danse, épuisé, touché, atteint qu’il est pendant la danse même.
Bonheur, façon de voyager et non but atteint.
Chaque danse se veut la plus belle, unique, comme chaque jour de l’ existence.
La vie est là, se joue là.
Concilier la culture, la nature désirante, la singularité de chacun et de chaque rencontre.
Dessiner une nouvelle forme d’existence et de société de maîtres sans esclaves.
Danse vieille de plus d’un siècle, elle est un internet charnel, danse du siècle à venir qu’elle modèle.
Il ne suffit pas de changer le monde, il s’agit de le tanguer, les lendemains qui dansent !
Vie roman, tango réel. Tanguer : signe de vie. « Je danse donc je suis. »
Libertinage dansé, existence en tant qu’œuvre d’art.
La vie est un tango, tanguer signe de vie.
Retour à la sinuosité baroque, hommage au tango :
Si vous avez bien compris tout ce que je vous ai dit c’est que je me suis mal exprimé.
Jean-Pierre Roche

← Page précédente

Téléchargez nos documents !

Retrouvez le programme complet des semaines à venir en téléchargeant nos documents !
BULLETIN Tango Bdx
CALENDRIER Tango Bdx
RITUEL des milongas Tango Bdx.
ETHIQUE et ESTHETIQUE du bal Tango Bdx.
CHARTE Tango Bordeaux

« Tango Bordeaux... à la lettre »