Notre drogue, tango universel, cabécéo...

Les niveaux de dosage de notre drogue
Le niveau débutant est celui ou la plupart des danseurs passent à coté de l’essentiel, de la substance, en oubliant leurs sens. La musique est largement méprisée et la danse semble difficile de ce fait.
Le niveau intermédiaire est l’âge ingrat, l’adolescence tanguera ou la plupart des danseurs s’égarent dans l’accumulation inutile de figures approximatives, ne sait pas doser sa drogue. Elégance et sensualité méprisées.
Le niveau avancé est celui ou le danseur commence enfin à dénier approfondir le pas de base milonguero. Le danseur avancé suit comblé une classe de niveau débutant parcequ’il sait y saisir la substance. Produit naturel et bon dosage, ouverture du livre des plaisirs et des voyages.
Le niveau confirmé est celui ou le danseur boit la musique et trouve et découvre une danse d’instinct, d’improvisation dissipant l’altérité des corps et formant le couple. La drogue musicale fait enfin son effet lascif « et ce n’est jamais ni tout a fait la même, ni tout a fait une autre… ». Le tango en tant que possibilité infinie fait son effet sur ses âmes damnées et ses corps déliés lianes de la sensualité…
J-P Roche Sept 03

Tango argentin, tango universel
Le tango a plus d’un siècle mais il n’est pas la danse du 20éme siècle, il est la danse du 21éme siècle.
La mondialisation, la globalisation impliquent un déracinement
La base culturelle essentielle du tango c’est son déracinement, son métissage
Vivre le nomadisme et le déracinement de ce début du 21éme siècle est une expérience vertigineuse équivalente à l’exil vers le Rio de la Plata à la fin du 19éme siècle, notre aventure moderne.
Le nomadisme et le déracinement se sont déplacés du Rio de la Plata au village planétaire global.
Passage d’une culture locale à une culture du village universel : d’argentin le tango devient universel. Le tango argentin est le socle sur lequel s’édifie le tango universel.
Devenu apatride et planétaire le tango existe au delà de Buenos-Aires et de Paris qu’il outrepasse.
Il n’y a pas à défendre un « tango argentin » contre un « tango universel » car le tango universel contemporain est le développement durable du tango argentin, il est le tango argentin lui-même en devenir.
Il existe une culture universelle. N’est digne d’être culture que ce qui, devient universel, à valeur universelle.
J-P Roche Sept 03

J’en profite pour vous parler de l’invite. Dans la tradition tanguera, nous pratiquons, entre danseurs avertis, l’invite au regard, au « cabécéo », à partir d’un échange de regards suivi d’un acquiescement mutuel. Ainsi la femme cherche le regard des hommes disponibles avec lesquels elle veut danser et l’homme en fait autant. A distance les regards se croisent, se posent, s’entendent, les danseurs se rejoignent et la danse peut commencer. Ainsi le tango est riche de ses prémisses et commence par ce désir de danser ensemble, cette complicité. Naturellement il peut y avoir des exceptions lorsque par exemple un homme veut danser avec sa voisine de table ! Mais ces exceptions ne sauraient remettre en question la belle tradition tanguera, sa riche culture et ses rites tellement sensuels qui font l’âme de notre danse. Si nous n’allons pas inviter directement une femme c’est pour ne pas la gêner, ne pas lui forcer la main et afin de lui laisser le choix de ses partenaires, par respect pour elle et pour ne pas avoir à essuyer un refus. Idem pour la femme. Une femme invitée directement et sans échange de regard préalable se doit naturellement de refuser au danseur mal élevé et sans éducation tango. Et si elle (il) accepte une fois, à un débutant(e) par exemple, elle (ou il) doit au moins indiquer clairement à son danseur sa préférence pour l’invite au regard. Nous avons un texte qui explique cela. Ne vous étonnez pas si je cherche votre regard afin de trouver l’acceptation complice, façon tango. Je n’invite pas autrement. De cette façon, jamais de situation embarrassante n’est crée et aucun danseur ne refuse de danser avec l’autre puisqu’il viennent de se choisir ! La danse commence par UN DESIR DE DANSE, et LE DESIR SE DANSE.
J-P Roche

← Page précédente

Téléchargez nos documents !

Retrouvez le programme complet des semaines à venir en téléchargeant nos documents !
BULLETIN Tango Bdx
CALENDRIER Tango Bdx
RITUEL des milongas Tango Bdx.
ETHIQUE et ESTHETIQUE du bal Tango Bdx.
CHARTE Tango Bordeaux

« Tango Bordeaux... à la lettre »